HOMMAGE A UN RESISTANT OUBLIE

Publié le par Lisa Decamps

HOMMAGE A UN RESISTANT OUBLIE

 

 

(LIBERATION DE NICE)

  

  

 

 

 

Photo: auteur inconnu

 

 

 

 

 

Été 1944, après le débarquement de Provence, lors des combats de la Libération, les troupes allemandes stationnées dans les Alpes-Maritimes deviennent de plus en plus nerveuses car la Résistance, sur ordre du Général de Gaulle et des chefs de réseaux, multiplie les sabotages, les coups de mains afin de neutraliser les divisions allemandes et favoriser l’avancée des alliés dans le territoire des Alpes-Maritimes plus particulièrement dans le site stratégique des Alpes, vers lesquelles se replient les Allemands.

Dans la vallée du Paillon, sur la commune de Drap, un groupe de Résistants du Réseau Surcouf de Madame Emilie Jotté-Latouche, décide le 19 août 1944 d’intercepter à la sortie du village de la Sousta, une colonne de véhicules nazis.

Une embuscade est donc mise en place en bord de route avec des résistants en armes pour tenter de neutraliser la colonne.
Joseph Tron-Gianet, 35 ans, père d’une petite fille de 11 ans, est posté à la sortie du virage de la Sousta dans le cannier, avec une mitrailleuse; les résistants du groupe Surcouf sont disposés de part et d’autre de la route pour protéger le dispositif.

Mais à l’arrivée de la colonne allemande, après quelques rafales la mitrailleuse s’enraille, les Allemands aguerris par quatre années de guerre et disposant d'un équipement militaire bien supérieur à celui des résistants prennent vite le dessus et capture Joseph Tron-Gianet pris au piège dans le cannier.

Joseph vivant est emmené par les Allemands. Quatre jours plus tard, le 23 août, son corps est retrouvé sur le bord de la route à Vence, assassiné, atrocement torturé, les yeux crevés…

Depuis soixante années le souvenir de son acte de Résistance avait pratiquement disparu de la mémoire collective de Drap.

Mais c'était sans compter avec la mémoire orale qui s’est transmise à travers certaines familles du Comté de Nice. Charles Bovari habitant de la vallée, artisan sculpteur à la retraite, a ainsi entendu parler du malheureux Tron-Gianet puis constaté que rien ne rappelait son sacrifice. Il a donc bénévolement réalisé une sculpture et demandé à des habitants de la vallée de l’aider à édifier un monument.

Il a demandé à Jean-Marc Giaume Président de la Fédération des Associations du Comté de Nice d’intervenir auprès des autorités et d’organiser à l’occasion du soixantième anniversaire de la Libération, une cérémonie pour rendre hommage à l'action courageuse de Joseph Tron-Gianet.

Le Maire de Drap Marc Morini, contacté par le Président de la Fédération, a accepté avec enthousiasme cette cérémonie. Pour Jean-Marc Giaume, « Nous devions cet hommage à Joseph Tron-Gianet car il est l’honneur de cette vallée du Paillon et ses habitants lui décernent à travers cet hommage, la plus belle des médailles, celle de la Mémoire et du Cœur ».

C’est donc ce jeudi 19 août à 19 heures en présence des habitants et des autorités qu'un oubli sera réparé et que Joseph Tron-Gianet aura la reconnaissance officielle méritée par la bravoure de son acte.

 

 

 


Source : http://www.comte-de-nice.org/resistant_oublie.html

Publié dans BIOGRAPHIES

Commenter cet article