LES MALGRE NOUS

Publié le par Lisa Decamps

LES MALGRE NOUS

 

 

 

Dessin : auteur inconnu

 

 

 

 

 

 

 

Histoire

 

 

Quand fut signé l'armistice de 1940 le cas de l'Alsace-Lorraine n'était pas évoqué. Ce territoire restait donc juridiquement français, bien qu'il fît partie de la zone militairement occupée par l'Allemagne. Le régime nazi l'annexa en fait sans en faire la proclamation officielle et, comme le gouvernement de Vichy se borna à des protestations secrètes chaque fois qu'était commise une nouvelle violation du droit, le bruit se répandit qu'une clause secrète avait livré l'Alsace-Lorraine à l'Allemagne.

Jusqu'en 1942 cependant, si on multiplia les organisations paramilitaires où la population, les jeunes surtout, étaient plus ou moins obligée de s'inscrire, on s'abstint de l'ultime transgression juridique, la mobilisation obligatoire dans l'armée allemande. Mieux encore, on proclamait qu'on n'avait pas besoin des Alsaciens-Lorrains pour gagner la guerre qu'on espérait bientôt finie et victorieuse. On n'en fit pas moins une propagande active pour les inciter à s'engager, mais pratiquement personne n'y répondit.

Le gauleiter Wagner, qui était en charge de l'Alsace, était persuadé que les frères de race nouvellement reconquis entendraient vite l'appel de leur sang et se sentiraient rapidement allemands; constatant le nombre infime d'engagés volontaires, il conclut que les jeunes hésitaient à entrer dans l'armée allemande par peur de leur famille et qu'ils seraient heureux de s'y voir forcés. Au printemps 1942, à Winnitza, il persuada Hitler, au début fort réticent, d'introduire le service militaire obligatoire en Alsace-Lorraine, ce qui fut fait officiellement le 25 août 1942.

Il sentait bien l'illégalité d'une telle décision puisque le 23 septembre il disait cyniquement: «Nous vivons dans un temps de grande révolution : avec lui s'effondrent également les concepts juridiques qui étaient valables dans le passé». Et le 21 juin de l'année suivante: «Ce n'est pas mon intention de justifier juridiquement cette mesure si incisive dans la vie de l'Alsace. Il n'y a aucune raison de faire cela. Chaque décision que le Reich Grand-Allemand prend à ce sujet est appuyée par le droit formel et réel et est inattaquable».

Le service militaire en temps de guerre équivaut à être enrôlé et à participer aux combats. Au final, 130 000 Alsaciens et 30 000 Mosellans se retrouveront principalement sur le front de l'Est, à combattre l'armée de Joseph Staline. La plupart seront affectés dans la Wehrmacht. Mais la moitié de la classe 26 (soit 2 000 hommes) sera versée d'autorité dans la Waffen SS.

L'emprisonnement

 

 

Nombre d'entre eux seront fait prisonniers par l'armée soviétique durant la débâcle allemande. Et ils connaîtront, comme les militaires de l'Axe, les camps de détention soviétique. Le plus connu est le camp de Tambov qui regroupa une grande partie des prisonniers français.

 

 

Certains affirment que Le gouvernement français, avec l'aide du parti communiste français, a pu les faire libérer plus rapidement et leur éviter pour la plupart les conditions de détentions très dures qui firent des ravages parmi les soldats allemands et italiens capturés.

 

 

On entendra une autre version dans un compte rendu du colloque de Hambourg sur le retour des prisonniers de guerre après 1945

 

 

Les Alsaciens en uniforme allemand furent concentrés dans le camp de Tambov et subirent le sort de tous les prisonniers de la Werhmacht, avec des conditions de vie très dures, un taux de mortalité élevé et des campagnes de rééducation antifasciste. Libérés en grande majorité durant l'automne 1945, une partie des «malgré-nous» passe pourtant plusieurs années supplémentaires en captivité. Accusés de crimes de guerre par les Soviétiques, ils se sentent trahis par la France libre, et utilisés comme monnaie d'échange dans les négociations diplomatiques. Certains iront jusqu'à évoquer l'intervention de dirigeants communistes français afin de retarder leur retour, tant le témoignage de leur expérience ternirait l'image de l'Union soviétique.

 

Sur une page éditée par l'Académie de Strasbourg  on peut lire:

 

 

« À Tambow, les conditions de détention sont effroyables. Les prisonniers y survivent dans une effarante promiscuité et dans une hygiène déplorable, à l'abri de baraques creusées à même le sol pour mieux résister au terrible hiver russe où la température descend en dessous de -30°C. Un peu de soupe claire et environ 600 grammes de pain noir, presque immangeable, constituent la ration journalière estimée à 1340 calories (en comparaison, en 1944, les détenus d'Auschwitz recevaient 2000 calories par jour). On estime qu'environ un homme sur deux mourait à Tambow après une durée moyenne d'internement inférieure à quatre mois. 10 000 Français terminèrent ainsi leurs jours au camp de Tambow. »

 

 

Les derniers Malgré-nous à être officiellement libérés le furent en 1955.

 

 

 

Le retour en France

 

 

Une fois la guerre terminée, les Malgré-nous ont été considérés comme des traîtres. Beaucoup d'entre eux ont connu la persécution que la population française réservait aux collaborateurs et aux femmes ayant eu des relations avec l'occupant allemand.

 

 

Ils ont été fortement attaqués par les militants du parti communiste français pour leurs dénonciations de la situation dans les camps d'internement soviétiques.

 

 

 

Comportement

 

 

Certains Malgré-nous ont déserté pour rejoindre la Résistance ou la Suisse. Mais leurs familles furent déportées dans des camps de travail ou de concentration. Cette menace qui planait au-dessus de leur famille les a obligé, pour la plupart, à rester dans l'armée allemande.

La division de Waffen SS « Das Reich », responsable de la destruction du village et du massacre des habitants d'Oradour-sur-Glane, était minoritairement composée de quelques Malgré-nous (incorporés de force), tous obligés, à l'exception d'un volontaire, de servir sous les ordres allemands, sous peine de représailles.

 

 

 

 

 

Source: Wikipédia encyclopédie

Publié dans HISTOIRE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article