L'HIRONDELLE ET LE PRISONNIER

Publié le par Lisa Decamps

L'HIRONDELLE ET LE PRISONNIER

 

Photo: Thierry Tancrez

Captif sur les rivages  
Un guerrier, courbé sous ses fers,
Disait : Je vous revois encore,
Oiseaux qui fuyez les hivers.

L'une d'entre vous est peut-être née
Au toit où j'ai reçu le jour ?
Là, où ma mère infortunée,
Chaque jour se lamente d'amour.


 


Mourante, elle croit à toute heure
Entendre le bruit de mes pas ;
Elle écoute et puis elle pleure
De son amour ne me parlez-vous pas

Ma soeur est-elle mariée ?
Avez-vous vu de nos garçons
La foule aux noces conviée,
La célébrer de nos chansons ?

Et mes compagnons de batailles
Qui m'ont suivi dans les combats,
Sont-ils revenus au bercail ?
De tant d'amis, ne me parlez-vous pas ?

Pour moi plus de mère qui prie,
Et partout des fers ici-bas
Hirondelles de ma patrie,
De ses malheurs ne me parlez-vous pas ?

 

Jean De Béranger

Publié dans POEMES

Commenter cet article

anonymee 14/04/2015 20:35

kk