LES CENDRES D'ORADOUR

Publié le par Lisa Decamps

LES CENDRES D'ORADOUR

Photo : auteur inconnu

Le Premier ministre a assisté à la cérémonie commémorative du massacre d'Oradour-sur-Glane, en Haute-Vienne, perpétré par la division SS Das Reich le 10 juin 1944.

D ominique de Villepin a rendu hommage aux 642 victimes d'Oradour-sur-Glane lors des cérémonies du 62ème anniversaire du massacre par les SS de la division Das Reich, le 10 juin 1944.
"Notre nation n'a pas oublié le crime d'Oradour, comme elle n'a pas oublié celui de Tulle. La France se souvient de ses enfants massacrés, ici comme dans d'autres villages, dans la tourmente des années de guerre", a déclaré le Premier ministre, samedi 10 juin.
"Elle se souvient aussi du déshonneur du Vel d'Hiv, de Drancy et des rafles", a-t-il ajouté.
Associant à cet hommage les résistants "qui ont payé de leur vie leur combat pour la liberté", Dominique de Villepin a également évoqué les "enfants de Guernica, de Lidice, de Varsovie et d'ailleurs", en pensant également aux "malades de l'hôpital de Vukovar", aux victimes de Srebrenica et "à toutes ces villes et à tous ces villages dont les populations civiles ont succombé à la folie des nationalismes et des fanatismes".



L'Europe, "née des cendres d'Oradour"



Le Premier ministre a estimé que l'espoir qui habite cette journée de commémoration était aussi "celui qui anima le projet européen, né des cendres d'Oradour, des tranchées de guerre et des camps d'extermination".
En Europe "nous avons mis de côté les haines pour construire un avenir commun", a-t-il dit en appelant les Français et les Européens "à rester conscients du rôle qui est le nôtre et à être les défenseurs acharnés d'une exigence d'humanité".
Dominique de Villepin, qui a rappelé ses origines limousines, avait été accueilli en milieu de matinée à l'hôtel de ville par le maire Raymond Frugier et Claude Milors, président de l'Association nationale des familles de martyrs
(ANFM).

 



Gerbe à l'église



Le Premier ministre s'est notamment rendu dans le village martyr où une gerbe a été déposée à l'ancienne église avant une minute de silence observée sur la place du champ de foire à la demande de deux survivants du massacre, Jean-Marcel Darthout et Robert Hebras.
Le massacre d'Oradour-sur-Glane restera l'un des symboles de la barbarie nazie qui s'est abattue sans raison connue sur ce village paisible de 1.200 habitants proche de Limoges.
Le 10 juin 1944, la compagnie allemande qui pénétra au matin dans Oradour-sur-Glane appartenait à la division SS Das Reich commandée par le général Lammerding, qui s'était déjà livrée en Russie au massacre de populations civiles.

 

  

 

 

 Source: nouvelobs.com

 

 

 

Publié dans ACTUALITES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article